Une sieste par jour, le meilleur médicament

Après une petite nuit, on est déphasé et saisi de somnolences carabinées qui font de notre lit une oasis rêvée. On pense alors que dormir n’agit que sur la concentration et l’acuité. C’est très loin de la réalité. Durant le sommeil, un bataillon d’agents s’activent pour notre cœur, notre équilibre alimentaire, l’élimination de nos toxines, l’apaisement de nos douleurs, notre mémoire, nos défenses immunitaires, notre créativité et notre humeur. «Alors que tout semble à l’abandon, observe Brice Faraut, docteur en neurosciences, une foule d’équipes soignantes soulagent le corps des maux du jour et le consolident.» Voilà pourquoi on parle de «sommeil réparateur»…

Mais ce grand réglage n’est possible qu’à partir de sept heures de sommeil nocturne, note le spécialiste. Or, parce qu’il travaille loin de chez lui et doit se lever aux aurores, qu’il est rivé aux écrans ou encore insomniaque (20% de la population), l’adulte contemporain creuse quotidiennement sa dette de sommeil et met sa santé en danger – près d’un tiers des accidents cardiovasculaires y sont liés. La solution? Faire une sieste chaque jour, répond Brice Faraut dans Sauvés par la sieste, brillant ouvrage à la fois scientifique et pratique. Le chercheur y montre à quel point un somme quotidien de 10 à 90 minutes selon les âges et les besoins, rééquilibre le corps de manière spectaculaire.

Le monde entier ne dort pas assez

Le nombre de personnes dormant moins de six heures par nuit ne cesse d’augmenter, pointe le chercheur. Aux Etats-Unis, ce chiffre était de 12% en 1998, il est aujourd’hui de 20%. En France, plus de 30% des 18-65 ans ne dorment que cinq heures et demie par nuit. Mais le record est détenu par la Corée, dont 37% des adultes consacrent moins de six heures au sommeil. Comme les petits dormeurs – cette catégorie de personnes à qui six heures de sommeil suffisent – ne représentent que 7% de la population, le calcul est vite fait. Les autres, le 83% de moyens dormeurs dont les besoins avoisinent sept à huit heures de sommeil par nuit, sont en déficit chronique. Et on ne parle pas des gros dormeurs, ces 10% qui peinent sans leurs neuf heures de sommeil quotidien…

Les symptômes de cette dette? Rhumes fréquents, maux de tête ou de dos, difficultés à se concentrer, irritabilité, bâillements incessants. Et cette conséquence, plutôt inattendue, mais logique: parce que le manque de sommeil inhibe la sécrétion de leptine, l’hormone de la satiété, ne pas dormir en suffisance augmente le risque d’obésité. D’autant que l’individu épuisé a tendance à confondre faim et fatigue et privilégie le sucre pour se donner un coup de fouet. Dans l’ouvrage, les travailleurs de nuit, type routiers, soignants ou professionnels de la sécurité, confirment ce risque.

La micro-sieste, surévaluée

La solution? Simple comme bonjour. Pour retrouver ou préserver son équilibre, il suffit de s’assoupir ne serait-ce que 10 minutes par jour, vers 15 heures, heure à laquelle l’horloge circadienne provoque une baisse d’énergie naturelle. «En plus des grandes fatigues, assure Brice Faraut, la sieste lutte, comme le sommeil de nuit, contre la douleur, la morosité, la fragilité immunitaire, le stress, l’hypertension, le surpoids et les maladies cardiovasculaires.» Pourquoi, dès lors, ne pas la prendre au sérieux et lui accorder une place équivalente à celle qu’on réserve aux repas? D’autant qu’au paradis de la sieste, chacun peut choisir celle qu’il préfère. Petit guide «siestif».

Sans y être totalement opposé, Brice Faraut ne conseille pas la micro-sieste, celle de Dali qui disait s’endormir en tenant un stylo à la main de sorte à se réveiller sitôt que l’objet chutait, car, affirme le neuroscientifique, la sieste éclair de 30 à 90 secondes ne réduit pas la fatigue. Elle n’améliore pas non plus «la vigilance subjective et objective, les performances et la vigueur».

A chacun sa sieste idéale

En matière de brièveté, le spécialiste recommande la sieste de 10 minutes, appelée power nap par les Anglo-Saxons. Elle est la plus pratiquée en milieu professionnel, car elle redynamise à court terme les performances cognitives. C’est la sieste idéale avant une séance ou un rendez-vous importants. Comme elle reste en sommeil lent léger, elle évite à son bénéficiaire l’effet d’inertie ou sentiment vaseux au réveil. Dans le meilleur des mondes, il faudrait s’étendre pour cette sieste rapide, de sorte à éviter les tensions dans la nuque, mais la personne peut aussi incliner le siège de son bureau ou de sa voiture à 40°. En revanche, cette sieste légère ne diminue pas le stress et n’ensoleille pas son bénéficiaire.

Pour atteindre ces résultats, il faut viser la sieste de 20 à 30 minutes. Celle-ci, qui inclut une phase de sommeil lent profond, atténue le stress, améliore l’humeur et renforce l’immunité. Surtout, surtout, c’est elle qui réduit les risques d’accidents cardiovasculaires. Malheureusement, elle peut provoquer un effet d’inertie au réveil. Pour lutter contre ce désagrément, on peut soit boire un café avant l’endormissement – la caféine met pile 20 minutes pour agir –, soit se programmer mentalement l’heure du réveil, ou encore se faire réveiller par une lumière particulière, celle qui bloque la sécrétion de mélatonine, l’hormone du sommeil, pour adoucir la phase de transition.

Le paradoxal pour les sportifs

Reste enfin la sieste d’une heure et demie, celle qui permet d’accomplir un cycle total de sommeil et, dès lors, d’atteindre la phase du sommeil paradoxal qui a aussi ses vertus. Pour mémoire, le sommeil paradoxal correspond à cette étape ultime durant laquelle le tonus musculaire est à plat et l’activité cérébrale à fond. C’est le moment des rêves, qui favorise la digestion des émotions et consolide la mémoire procédurale – cette mémoire qui permet de conduire ou de faire du vélo. «Les sportifs, les musiciens et les danseurs auraient intérêt à recourir à cette longue sieste pour améliorer l’habileté de leur mouvement», conseille Brice Faraut.

 Cette sieste est aussi idéale en fin matinée pour les personnes qui ont passé une nuit blanche, ce qui, en langage scientifique, se dit «rembourser une dette de sommeil immédiate». Bon à savoir pour l’été, saison propice à de fréquents «remboursements de dette de sommeil immédiate», non?

Article du journal Le Temps

Auteur: Marie-Pierre Genecand
https://www.letemps.ch/societe/une-sieste-jour-meilleur-medicament

Vous aimerez aussi …

La sieste : 20 minutes pour se régénérer

La sieste : 20 minutes pour se régénérer

Dormir après le déjeuner : un rêve… impensable pour la plupart des “actifs”. Dommage, car les spécialistes ne cessent de vanter les mérites de cette pause : la sieste accélère la mémoire et libère la créativité.    Etre la proie du sommeil, Mireille, 36 ans,...

Comment vraiment faire une bonne sieste ?

Comment vraiment faire une bonne sieste ?

Pour beaucoup de vacanciers, la sieste est un rituel essentiel pendant l’été. On peut enfin profiter des soirées tardives à la fraîche et récupérer en pleine journée, sans trop culpabiliser. Voici quelques conseils pour profiter à fond de ce moment bienfaiteur, sans...

Les bienfaits de la sieste sur la mémoire cognitive

Les bienfaits de la sieste sur la mémoire cognitive

Vous le savez, la qualité du sommeil joue un grand rôle sur votre organisme. Après une longue nuit de qualité, vos batteries sont rechargées, votre système immunitaire est renforcé, et vous vous sentez de bonne humeur ! Pourtant, les bienfaits du sommeil ne s’arrêtent...

Vous prendrez bien une petite sieste?

Vous prendrez bien une petite sieste?

Elle était un vice honteux réservé aux paresseux, un traitement thérapeutique accordé aux narcoleptiques… Longtemps piquée en secret, dans les toilettes des entreprises ou à l’arrière des berlines, la sieste a désormais pignon sur rue dans des bars installés à Tokyo,...

Le manque de sommeil multiplie par 4 le risque de rhume

Le manque de sommeil multiplie par 4 le risque de rhume

Le manque de sommeil est directement lié au risque de développer un rhume une fois en contact avec le virus, selon une étude. Les personnes en manque de sommeil ont quatre fois plus de risques d'attraper un rhume que celles bénéficiant de nuits de repos assez longues,...

La sieste en entreprise: encore tabou?

La sieste en entreprise: encore tabou?

De nombreuses études ont montré les bienfaits de la sieste. Comment l'intégrer dans le milieu du travail? Quels sont les moments et les durées idéaux pour se régénérer? Les réponses du Dr Christian Bourbon, psychiatre et spécialiste de la médecine du sommeil du centre...

Les bénéfices de la sieste pour votre entreprise

Les bénéfices de la sieste pour votre entreprise

10 à 30 minutes de sieste quotidienne Réduit le stress Améliore la mémoire et la concentration Libère la créativité Augmente la performance (+35% selon la NASA) Diminue les cas de burnout Réduit les risques d’absences pour maladie.

Illustres adeptes de la sieste

Illustres adeptes de la sieste

Actuels ou passés, d’illustres personnalités pratiquent ou ont pratiqué la sieste régulièrement.  Quelques exemples : Winston Churchill L’ancien premier ministre britannique était un oiseau de nuit. Il travaillait mieux pendant la nuit. Pour tenir la durée, il avait...